Billets d'humeur / Société

Le syndrome de la page blanche.

J’ai le syndrome de la page blanche,

De la feuille vide, des mots qui manquent,

Et ça m’embête,

Parce qu’il paraît qu’il faut que ça like, que ça partage,

Une vague histoire de popularité,

Un truc obscure de nombre d’abonnés,

Mais rien à faire, J’ai le syndrome de la page blanche.

Et ça m’angoisse,

Car quoi qu’on dise,Écrire c’est ma mission, mon oxygène,

Mais mince comment je dois faire quand mon esprit et mon clavier déclarent forfait ?

Quand mon sens du phrasé joue l’évadé ?

Et c’est pourtant loin d’être les sujets qui manquent,

De l’actu mondiale aux sujets de société,

De l’international aux sujets plus mode « lokal »,

Mais mince j’ai un fucking syndrome de la page blanche.

Paraît qu’il faudrait que je me force,

Qu’un rythme précis chaque jour je m’impose,

Mais ça c’est pour les gens disciplinés,

Pour ceux qui survivent sans s’étaler.

Moi faut que j’écrive pour respirer,

Dompter les mots pour exulter,

Alors toutes ces théories sur la créativité,

Ça me gave autant que ça me fait angoisser.

Mince j’ai le syndrome de la page blanche,

Des lettres en noir et des mots tous roses,

Peut-être qu’en vrai il me faut une pause,

Des sentiments, des temps moroses,

Oui mais du coup je m’accroche à quoi ?

Un peu à vous, un peu à Toi ?

Nan j’ai le syndrome de la page blanche,

Il faut le combattre, il faut l’abattre,

Et dénoncer pour lui foutre une claque,

Parce que les sujets, ça ne manque pas,

Que les inégalités ne s’effacent pas,

Comme tous les vices, les injustices,

Et je sais très bien que ma parole,

Et mes écrits, tout ça s’envole ;

Je sais très bien que je ne suis personne,

Dans la grande sphère des « In » et des idôles,

Mais je parle quand même car j’en ai besoin,

Et j’écrirai même si c’est vain,

Parce que les mots coulent dans mes veines,

Et j’ai le syndrome de la page blanche,

Un genre panne, j’ai mal aux mots,

La plume qui me stresse et qui me démange,

J’ai le syndrome de la page blanche,

Mais plus si blanche que ce que je prétends.

Texte : Nèl Tinta-NégraTous droits réservés.

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

  1. Hi, this is a comment.
    To get started with moderating, editing, and deleting comments, please visit the Comments screen in the dashboard.
    Commenter avatars come from Gravatar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.